Accueil Sitemap Recherche
Anzeigeoptionen / options de vue / opzioni de visione
Mal voire et bien vivre? C'est possible!
Illustration Frau / Madame / Signora

Basse vision: les méthodes

Toute consultation en basse vision commence par un examen détaillé du potentiel visuel disponible. Celui-ci est déterminé non seulement par l’acuité, c’est-à-dire la capacité de distinguer les détails, mais également par la perception des contrastes, le besoin de lumière, la sensibilité à l’éblouissement ou le champ visuel.

Viennent ensuite, selon les besoins des personnes en situation de handicap visuel, des conseils et des essais de moyens grossissants accompagnés d’un entraînement à leur utilisation. Les moyens proposés peuvent être des lampes, des loupes ou des appareils de lecture. Sans évaluation et sans entraînement sur mesure, il ne sera guère possible d’obtenir une amélioration, par exemple de la lecture. L’apprentissage de nouvelles stratégies pour exploiter son potentiel visuel dans la vie pratique fait aussi partie des méthodes de la réadaptation en basse vision: on peut apprendre à exercer «autrement» les activités que l’on aime. Les personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) peuvent par exemple, à l’aide de la vision excentrée, apprendre à exploiter plus efficacement leur potentiel visuel et notamment à mieux reconnaître les visages.

Les conseils, les moyens auxiliaires et des entraînements spécifiques peuvent vous faciliter la vie!

C’est en 1984 que l’UCBA a introduit la réadaptation en basse vision en Suisse. Aujourd’hui, la réadaptation et le conseil en basse vision ont lieu dans les consultations cantonales spécialisées pour personnes malvoyantes des différentes régions de Suisse, ainsi qu’auprès de professionnels indépendants. Dans de nombreux cas, les spécialistes en basse vision conseillent aussi les personnes concernées sur place, au travail, à l’école, en foyer, à la clinique ou à l’hôpital, ou réalisent les examens en EMS.

Le centre de compétence de l’UCBA pour moyens auxiliaires optiques et basse vision, Lenzbourg, propose également des conseils aux personnes malvoyantes qui lui sont adressées par les ophtalmologues, les consultations cantonales ou d’autres services spécialisés qui ne trouvent pas de solution satisfaisante.

Les prestations de conseil et de réadaptation en basse vision sont subventionnées par l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) et peuvent être cofinancées par les caisses maladie dans certaines circonstances.

Les partenaires de la campagne

Logo Fédération suisse des aveugles et malvoyants
Logo Union suisse des aveugles
Logo Fondation Leenaards